Une "marque clean" ?

Une "marque clean" ?

La Clean Beauty n’a pas encore de définition exacte et officielle. Certains la disent plus "naturelle", plus "propre", plus "verte", plus "responsable" et "sans produits chimiques". Elle aspire à une nouvelle vision de la cosmétique.

Plus de sécurité pour la peau

Les scandales sanitaires et alimentaires nous ont fait prendre conscience de la nocivité de certains composants et cette méfiance s’est élargie à ce que nous nous mettons sur notre peau et sur nos cheveux. Les marques privilégient les ingrédients naturels, mais elles utilisent encore certains composants de synthèse qui ont été testés et vérifiés non nocifs pour notre santé. À noter qu’en France, la législation dans ce domaine est l’une des plus rigoureuses avec plus de 1300 ingrédients interdits dans les cosmétiques car suspectés d’être cancérigènes, neurotoxiques, allergisants ou perturbateurs endocriniens.

Plus de transparence dans les formules

La composition des produits (INCI) est inscrite pour tous les cosmétiques sur le packaging. Seuls ceux inférieurs à 1% peuvent ne pas figurer. La transparence est le mot d’ordre. Si les marques ne peuvent pas changer toutes leurs formules en même temps ou encore trouver des alternatives, aujourd’hui elles l’avouent et le disent franchement en attendant de faire mieux. Idem pour les packagings, les marques de cosmétique clean, cherchent la meilleure solution en fonction de la contenance du produit, de son utilisation, … et sont dans une vraie démarche pour faire évoluer les choses en fonction de l’avancée des propositions des fabricants.

Plus de respect pour la planète et les hommes

La démarche ne s’arrête pas aux formules et aux packagings, c’est une démarche globale qui inclue l’engagement de l’entreprise et des salariés qui portent la marque. Une charte interne (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise), définit les engagements écologiques pris par la marque : limiter l’utilisation des cartons et papiers, limiter les impressions, ne pas utiliser de plastique jetable au bureau, … privilégier les matériaux recyclés et recyclables. Réfléchir au circuit de transport, optimiser les déplacements… Toutes les activités sont étudiés et à chaque développement ou action la question se pose et doit se poser de choisir l’option la plus responsable pour la planète.

Vous l’avez compris, si cette nouvelle démarche semble lente et encore imparfaite, une révolution vers des produits plus sûrs et plus responsables est en marche. Et en grande partie grâce aux consommateurs, ce qui est aussi une autre révolution. La beauté naturelle n’est plus un segment à la marge mais tend à devenir un incontournable.